18 décembre 2011

de l'ogre, du poker mais sans petits oursons


Saison oblige et après Dante, il serait temps de s'interresser aux mythologies modernes que sont le Poker. Rassurez-vous je ne vais pas faire une étude comparée avec l'ouvrage de Barthes (non pas l'ancien gardien de but, le linguiste et essayiste Roland) ni un pastiche de l'oeuvre de Bettelheim et son ouvrage phare "la psychanalyse des contes de fée"...pour cette fois, flemme oblige vous allez échapper à  mes considérations oiseuses et comparaisons douteuses .

Néanmoins, si! si! j'insiste, en cette période de fête je ne pouvais passer à travers les contes de noel et contes en général.

S' il est évident que les joueurs de poker sont des grands enfants attendant que le père no Holdem remplissent leur petits souliers de la marque stack, on sait aussi que dans les tournois ça sent souvent le sapin  surtout pour moi - il est vrai - qui a du confondre l'adresse du père no holdem et reçois surtout en ce moment le père fouettard avec ces bad beat car ai pas du être assez sage ou trop exhibi (qui moi? nooon? ça se saurait, m'enfin).

Des contes nous pourrions étudier, le vilain ogre PokerLoto mangeur de bloggeurs et raisonneur à la voix de velours, le Shrerk du Omaha et No holdem aussi grognon mais bien moins sympathique (je n'allais quand même pas le même comme prince charmant, minimum de crédibilité oblige), le chat Botté cherche toujours à manger  le bienpensant Titi Poker tandis que le parallèlement  le roi kingYohan mangea cruellement tel saturne ses enfants, en sortant une paire d'as, la princesse aux grains de beauté (votre humble servante) et sa paire de rois servants lors du précédant tournoi entre bloggeurs.
Stefal bucheron sympathique du petit Koff rouge, attendait  patiemment, dans la chaumière en full épicé de rincevent et brduke,  l'anneau pour les bluffer tous et dans les ténèbres les tuer, avec non pas les vilains orcs de Sauron mais les donk et fish des grands tournois... brr ça fait drôlement peur heureusement que le valeureux hobbit  D8  dit aussi "le guerrier Celte" (ah non ça c'est Seamus dans le catch, je confonds) est là accompagné du son fidèle Eiffel, brave, loyal notamment au handball pour aller combattre sur la montagne du destin Xewod, le valeureux adversaire, qui a fini 9e dans les lagunes de Venise sous les gg endiablés des bloggeurs.

Il manque les 3 petits oursons et les 7 mains qu'importe, je ferme la lumière de ma room, range mes cartes et vous souhaite à tous de très bonnes fêtes!

30 novembre 2011

9e cercle: Je suis comme une boule de flipper!






 
 
 
Voici qu'il faisait très très froid  tandis que je tentais de fausser compagnie à mon guide Pokerloto, qui  sérieusement,en me traitant à toute fin de phrases d'amateur, commençait (pour parler prosaïquement) à me les briser menu si j avais eu comme lui deux bonbons. Or donc tandis que je songeais à lui fausser gentiment compagnie hélas contrariée par le panneau exit fort mal indiqué dans ce lieu sordide (je comprenais peu ou prou la signalétique infernale), nous atterîmes dans la fameuse Tolomea.
C'est ici qu'on retrouve les traîtres envers leurs hôtes qui ont la joie de grelotter tête renversée en arrière et que le gel empêche de pleurer pendant que leurs pieds gèlent joyeusement également.
"Ils ont, ô amateur" me dit doctement Pokerloto," le privilège particulièrement terrible de descendre en enfer avant leur mort. Du coup, Leur corps reste sur terre habité par un démon, c'est pour cela que parfois certains entrent en tilt, à ce moment là comme une balle de flipper dans jeu de no holdem, ils partent directement aux enfers tandis que l'extra boulet les fait perdre leur mtt en tilt...et après ha ha ha ho ho ho (Pokerloto avait un rire peu finaud)  game over, on doit remettre des sous, c'est la valeur handicap méphistophélique, VOUS VERREZ CE SOIR HA HA HA "

Merdre, nom de Dieu quel cauchemar, je boufferai jamais plus de cassoulet avant de me coucher, nostalgie de Toulouse ou pas...n'empêche, ce soir...parmi mes collègues bloggeurs et moi même y aura t'il quelques joueurs en tilt? prennez des bouillottes les copains, ça va cailler!

26 novembre 2011

8e cercle : le(s) trompeur(s)

Le Huitième cercle de l'enfer, celui des trompeurs!
je contemplais ce cercle qui était la quintessence même du Poker . 
Moment  éprouvant et ô combien remarquable!

Le Simulacre, le trompe-l'oeil, le bluff? 
J'observais alors mon guide me demandant qui était-il réellement,
le créateur de la valeur handicap? l'ancien comparse de 21 outs?

Certains - tel Monsieur D8 ont pu même pensé qu'il s'agissait d'un autre Moi...
Curieux homme quand même que ce guide pourtant discret et peu affable
j'essayais de regarder sous son capuchon, me demandant avec terreur qui j'allais découvrir

un homme âgé et aigri, un farceur à l'humour corrosif et insolent?
un harceleur des bloggeurs et de votre humble serviteur?
Non, j'avoue je ne vis rien! que du vide! un abîme inquiétant!

Monsieur Pokerloto grand démon de Bélzébuth, régnant sur ce 8e cercle en maître
Diabolo du poker, Fantômas du 7e cercle et de son tournoi
Où me menez-vous ainsi car tel le Prisonnier de mon enfance

hurlant dans le village gallois "je ne suis pas un numéro"
il était temps de faire un all in suicidaire et de découvrir
le neuvième et dernier cercle de l'Enfer.








23 novembre 2011

7e cercle: la 1e manche des petits meurtres entre bloggers



Voici que j arrivais avec mon guide dans un désert rougeoyant où étaient assis bien des joueurs que j'avais vu dans d'autres cercles pourtant...étrange! ne devaient ils point errer dans leur propre strates du gouffre infernal? Ils semblaient se déplaçaient en même temps que moi...étais-je point dans un songe à demi revé? non, le pincement de mon guide, le si apprécié Pokerloto, sur ma peau m'appris que j'étais bien au milieu des damnés du poker... une sorte de happening s'était crée, un immense tournoi entre bloggers.
je vis alors,en effet, que comme dans un mauvais remake de Romero "zombies au pays des bloggers" mes défunts comparses nous avaient suivis pour cette rave party chauffée aux grilles de Satan.
J'étais fatiguée et m'assis tandis qu'une voix s'éleva et annonça le début du tournoi...et devant un écran géant, étais assise à une tablée où je ne brillais pas , peu ou prou de jeu avec des joueurs agros, je reconnaissais au loin des joueurs comme Lessims, Brduke mais ils étaient point à ma tablée... je tiens jusqu'à la mi parcours lorsque petit tapis vint un 10/10 salvateur, je raisais, un homme, ma petite blind, surenchérit.
Que faire? folder? il me restait 5 tours de blinds et me ferais dévorer au moindre orteil posé!
je fis donc un all in téméraire aussitôt hélas suivi...l'homme avait KA petit tapis aussi, je ne pouvais que comprendre son geste et sentait ma fin se précisait malgré mon 57/43...mais non! le flop était en ma faveur, le turn aussi, je respirais, j'allais pouvoir devenir moyen tapis lorsque Pokerloto me frappa l'épaule de son bâton de pelerin et me dis d'un ton froid, "viens, amateur, il faut partir, ton séjour ne s'arrête point là" et cruel,  il souffla de son haleine putride sur la carte de la river: un k assassin apparu qui m'éjecta aussitôt de ce 7e cercle pour le 8e.

22 novembre 2011

6e cercle: les hérétiques de la blogosphère

"L'enfer c'est les autres" disait Sartre dans Huis clos mais les autres ce n'est pas forcément l'enfer, le regard d'autrui peut nous aliéner et dans se peut se trouve la dualité entre pouvoir et devoir... tandis que me remontaient des réminiscences de ma lointaine terminale littéraire et des cours de philosophie, je m'engouffrais plus avant dans cet abîme puant, ce lieu obscur, le plus lointain du ciel.

Ce marais, paysage de ce cercle impie, abrite les pokériens hérétiques, les bloggers vivant de honte et anathème. "Observe amateur" me dit Pokerloto avec sa verve habituelle! "regarde donc! vois comment dans ce marasme virtuel sont condamnés l'intelligent D8 qui a voulu se prendre pour Dieu, l'amusant Rincevent qui a crée un temple  à la gloire des fausses idoles cathodiques de la maison du bluff, le belge bienséant Titipoker  muet à la langue collée tel Ezechiel  le prophète et qui dédaigne tes pourtant fort intelligentes remarques sur son lieu de vice et de débauche, vois comment il se prosterne devant la déesse es pokeria Vie de fish, jouant du fouet de sa main droite tout en caressant son cheptel de la main gauche."
Non loin d'eux je pouvais encore reconnaître le cultivé et sympathique belge stefal, l'aimable Audrelisa, le sémillant Koff... 

Je ne savais pas pourquoi tous, ils demeuraient dans ce lieu sinistre peu propice à l'organisation d'un grand tournoi et n'avais hélas pas assez de temps pour les interpeller car déjà mon coeur se soulevait à la vue du terrible sentier que mon guide Pokerloto empruntait et des effluves putrides du 7e cercle infernal auquel il menait.

20 novembre 2011

5e cercle infernal : les colériques ou les mélancoliques


Il est vrai que le 5e cercle  révélait un des grands dangers qui  menacent le Joueur
Car nos états d'âmes, notre humeur influent sur notre jeu le plus souvent
Si la chance et la concentration sont là des facteurs essentiels
il n'est point besoin de la pub de Winamax dans notre tube cathodique
Pour savoir que c'est moins nos cartes que comment nous les interprétons qui influent
Au-delà de ces agréables rushs ou grand moments de "poissardages" intenses
il reste évident que l'on a fort peu de jeu lorsqu'en ligne nous jouons
avec soudain un besoin bien naturel  qui accapare toute notre attention
Qui n'a pas un jour tilté après avoir été ko par des bad beats successifs
le piètre joueur qui agacé par une quinte de l'espace lui bousillant sa top paire
envoie alors un all in avec son 72 (mais suited!) et s'envoie directement au 5e cercle
ou le mélancolique qui dès le début se dit qu'il n'est point chanceux
que ses cartes le desservent et malgré son stack trois fois plus important
abandonne son aj suited malgré sa côte par défaitisme avant d'etre submergé
et échoué dans ce morne rivage aux reflets rougeoyants qu'est ce 5e cercle dantesque
Combien de marins , combien de capitaines sont ensevelis ici, tant d'épaves à perte de vue
Non, il était temps de suivre le guide héroïque et humble, le bienveillant Pokerloto
qui déjà venait de s'enterrer plus avant, vers le 6e cercle des enfers du Poker.

19 novembre 2011

4e cercle: Les avares et les prodigues


Pokerloto, mon guide, dit pour me conforter "ne te laisse pas happer par la frayeur
 ton voyage en enfer est bien loin de se terminer et tu dois tout observer et consigner"
car ce n'était pas sans raison que nous allions dans ce quatrième gouffre

comment cet étage pouvait il amasser tant de peines et tourments
tous les joueurs ici étaient réunis, qu'ils soient de stud, omaha ou no holdem
car ce cercle ets consacré aux avares et prodigues inhérents au grand jeu

C'était sans nul doute les joueurs tights et les joueurs looses
 inderterminés tant leurs monstrueuses conduites les ayant désuhumanisés
voici que je contemplais ces joeurs de petits buy in qui de manière triviale

s'envoyaient en l'air usant du souffle souffreteux de cet enfer
près d'eux grattant dans le sable brulant, les joueurs tights ou avares
se faisaient devorer leurs blinds par des cerbères aux gueules béantes

Quel étroit sentier plein de perdition était ce lieu, quel trouble
et je me hatais de rejoindre mon guide afin de ne pas m'égarer
car les joeurs dépensiers tel un las végas lucéférique déjà me hélaient





17 novembre 2011

3e cercle: les 21 outiens



C'est avec effroi et grande tristesse que dans ce lieu abandonné
je retrouvais mes anciens comparses et émules : les 21 outiens
ce cercle si prisé de no holdem qui se réunissait pour des tournois

Tous étaient là, et le visage peiné je me tournais vers mon guide qui opinait
car lui-même faisait voici  parti de ce groupe désuni voici déjà plusieurs mois
c'est que je les appréciais ces saligauds, et là je voyais mevelou et linetta discourir

mevelou m'avoua que ses colères, l'avait perdu tandis que non loin de là
Ouchtipak et Oreo essayait tristement de miser avec des cailloux un jeu qui s'éternisait
Efpé discourait avec le regretté Stégo et le bel Extrien sur des techniques à venir

ils étaient tous là même ceux que je n'avais point ou peu connus comme Phildebert
Sammyceltic, Yeti à jouer, se disputer. Maerch apparu m'interpellant: "busty te voilà aussi"
Attirant le regard d'el Nioto et Snorky... l'éclatement de ce  groupe nous avait condamné

La tentation de rester était forte: "viens donc rejouer avec nous, sois bitarde comme nous chatards"
je regardais avec mélancolie le lien qui s'était dissoud, que le temps et les rivalités avaient détruit
et qui pourtant dans ce 3e cercle voué aux groupes  malchanceux subsistait

tel un relent amer de ma nostalgie pour ces gens que j'avais tant apprécié
mais voici que des effluves fétides à mon nez me parvenait, tandis que je traversais le portail
j'étais terrifiée car voici qu'apparaissait dans paysage lugubre les damnés du 4e cercle

15 novembre 2011

Deuxième cercle: les bluffeurs



Du premier cercle ainsi je descendis
Plus bas dans le second qui enceint moins d'espace
D'autant plus de douleur et poignante à crier

Ici se tient le cercle des joueurs rois du simulacre
Ces bluffeurs mais qui n'ont point sur maitriser
leur art et se sont laissés engloutir par leur terrible talent

C'est que le dieu Poker est terrible et s'il apprécie quelques tours
de dévorer les blinds aux pauvres joueurs tights des limbes
malheur aux impudents se délectant de leur cleptomanie

Différentes âmes rodaient autour de moi dans un concert funèbre
les nouveaux joueurs enthousiastes et peu fins dans leurs mensonges
ceux pathologiques qu'un hasard un jour les fit gagner et compulsivement

les voilà qui jouent et rejouent afin que le hasard un soir veuille les guider
Mais c'est  la bouche cruelle du cash game qui les dévore et les ruine
je fermais les yeux glacée par cette vision au présage funeste

14 novembre 2011

Premier Cercle : les limbes itm

Premier cercle d'Enfer : les limbes. Les justes qui ne connaissant pas la vraie victoire.

Un tonnerre éclatant me rompit en la tête
mon dur sommeil, tant que je sursautais
Comme celle que de force on éveille

Tout à l'entour je posai mes yeux frais,
je me trouvais après cette longue  bulle
aux méandres effrayantes où  périrent

certains de mes compères dans la gueule d'un cerbère
dévorant avec une top paire les misérables qui erraient
engloutissant dans l'Achéron l'imprudent all in

Voilà que je venais de franchirent la porte des Justes
Celle de l'instant joyeux et savoureux d'accéder à la monnaie
de sa barque, Charon nous avaient menés vers ce lointain rivage

Deux heures de jeu, pour enfin toucher pied mais si au loin
je pouvais imaginer les cimes escarpées glorieuses
je me trouvais pourtant ici finalement vers une morne plaine

Pokerloto, mon guide, s'adressa à moi et désignant les quelques hères me dis:
"Regarde-les muser, trébucher au moindre rocher, se noyer dans tous ruisseaux
des heures de jeux et les voilà condamner à rester là.

Observant tel Moïse au Sinaï, la terre promise qu'ils n'atteindront pas
Ici sont condamnés les joueurs timorés, ayant voulu assurer leur mise
et ne gagnant que quelques piécettes pour remerciement à leur veulerie

Vois-tu les agros chanceux d'un soir qu'un run  a emmené vers ce doux rivage
Avant de se noyer en sautant de la barque du passeur à la plage
Observe donc ceux qui comme Sisyphe portent leur fardeau

Ils viennent pour déjà repartir malchanceux chroniques ou joueurs médiocres!"
Alors que tristement je contemplais ces joueurs condamnés aux petites mises
Voici que déjà nous arrivâmes à la porte du 2e cercle bien plus effrayant encore.

13 novembre 2011

la Divine Comédie- 1. l'Enfer!



Chant Premier -Introduction


Sur le milieu du chemin de la vie
Je me trouvai dans une forêt sombre
Le droit chemin se perdait, égarée

Ah! qu'il est dur de dure ce qu'elle était
cette forêt sauvage pokérienne, âpre et infranchissable
Dont le seul souvenir reveille ma terreur

Je jouais dans une partie endiablée
lorsqu'apparut  Pokerloto comme ange exterminator
point de Virgile mais directement le cerbère des bloggers
pour me montrer les 9 cercles infernaux

D'une voix caverneuse il me dit
"ö bustydoll toi l'amateur, vois ta courbe sharscope
honte sur toi qui a penetré dans les lieux de perditions
viens, enfant que je te revèle ce qui t'attends"

le gouffre étant là, il me restait plus qu'à sauter
dernier all in avant que ma br implose
je n'avais donc plus le choix que faire confiance à ce guide
pour commencer cet étonnant voyage de profondis

30 septembre 2011

menu presque parfait


Menu du logis des 3 saveurs bustydollien
Spécialiste de la Cocotte depuis 1969

Entrée

Petits canapés préflops de paires épicées
Soufflé de blind au roquefort
Millelimp croutillant au navet

Plat de résistance

Brelan d'eau douce et son flop d'oseille
Petits fishs sautés par full sentimental
Carré de boeuf turné et sa ratatouille

trou all in bustydollien poissard

Desserts

Compote d'as nana dans sa rivière animée
Mignardises bustées secrées amères
Quinte flush exquise à la déconfiture

Cassé offert gracieusement par la maison avant l'addition

La maison ne fait pas crédit



chasteté imposée



Je me rappelle du scandale de certains footballeurs qui lors de veille de match de coupe du monde avaient été surpris en galante compagnie (femme ou autre)... nous perdîmes encore la coupe du monde car ces messieurs avaient bu le graal venimeux de la gente féminine et cédé au péché de chair....ils perdirent donc toute leur énergie, leur concentration et si n'avaient donc plus la force de shooter dans le ballon et sa signification psychanalytique chère à Marguerite Duras, selon cette interview mythique entre Platini et la romancière dans l'Equipe que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ...Bref ce jour là Marguerite perdit une occasion de se taire comme aurait dit Desproges et pour revenir à nos moutons, nos footballeurs de s'abstenir de copuler.


J'ai donc décidé selon ce principe sportif, suite à bankroute dans mes résultats, mon tilt permanent de m'abstenir un temps...de poker (faut pas déconner non plus).

Suite à ce sevrage difficile tout ce mois-ci quasiment et en espérant ne pas m'envoyer en l'air dès la première main venue, telle une accro, une nympho du sit and go racolant les blinds, j'ai le plaisir donc de vous annoncer reprendre mon jeu subtil et délicat dès demain afin évidemment d'apporter ainsi dans ce monde de brute, pardon machiste une touche féminine de légèreté.

J’ai retrouvé la clef et peut enfin accéder aux chambres... pour une partie que j'espère endiablée ma foi!

21 août 2011

le barbu



Pour une fois (euh ou une autre fois) j'aimerais parler d'autre chose que mon activité pokéristique si palpitante habituellement mais qui a pris un coup de bambou lors de mes vacances familiales si vous permettez la trivialité de cette expression au détriment d'un autre jeu souvent méconnu dont je me dois aujourd'hui d'en être le héraut.
Il s'agit du Barbu (ou tafferan)! Certes la subtilité du jeu ou sa complexité n'est pas forcément sa qualité première mais en revanche c'est un jeu convivial qui s'apprend (très vite) et permet de jouer à quasi tout âge.

le jeu se joue normalement à 4, se joue à la couleur  (vous pouvez donc vous défossez si vous n'en avez plus) et l'as et la plus forte carte tandis que le 2 la plus basse. Il est composé chez moi, dans ma famille de 7 parties différentes. Vous distribuez une à une les cartes, celui qui distribue commence. le but du jeu est de faire le moins de points possible.

- Sans plis : comme son nom l'indique il ne faut pas faire de plis à la première partie sinon vous souffrirez d'une pénalité de 10 pts à chaque levée obtenue...malgré tout si vous réussissez à faire tous les plis vous obtiendrez alors le score enviable de -130

- Sans coeur : vous pouvez à cette partie avoir des plis mais il ne faut pas qu'ils aient le moindre coeur (10 points par coeur) ou alors tous les coeurs (-130)

- Sans dame: même chose, n'importe quel pli mais sans dame ou toutes les 4 (20 points par dame ou -80 si vous avez obtenu les 4)

-le barbu: il ne faut pas avoir le roi de coeur (100 points)

- le dernier pli: vous pouvez avoir tous les plis mais il ne faut pas avoir le dernier (100 points)

- la ratatouille : cette fois-ci tout compte et cela peut faire très mal: vous devez faire aucun pli, aucun coeur , aucune dame, pas le barbu ni le dernier pli...évidemment mieux vaut donc un pli qui vaut 10 que le dernier qui vaudra 100, à vous de gérer (560 points et -560 si vous réussissez l'expoit d'un grand chelem à la ratatouille)

-le petit train ou réussite: partie de consolation, le petit train est un domino, celui qui distribue choisis au hasard une carte qui en soit pas une extrémité, genre un 8 et vous devez alors jouez ou un 8 ou une des cartes attenantes, le but du jeu est celui qui pose le plus vite toutes ses cartes en essayant de bloquer l'avancée des autres, vous ne pouvez jouer qu'une carte à la fois et vous passez si vous n'avez pas de carte attenante à celle posée sur la carte: ainsi par exemple si le joueur 1 a mis un 8 de coeur, vous pouvez jouer si vous avez un des trois autres 8 ou le 9 et 7 de coeur.
Vous pouvez rejouer si vous le souhaitez si vous posez un as ou un 2.
le premier a poser recoit  -200 points, le 2e -150, le 3e -100 et dernier -50

et voilà le vainqueur est celui qui a obtenu le moins de points lors de ses 7 parties.

C'est un jeu certes basique mais assez drôle et prennant...ok! ok! fin des vacances hélas, je repars sur le poker! mais vous manquez quelque chose si vous ne le connaissiez pas^^

24 juillet 2011

horoscope du poker mois de juillet



BELIER 21 mars - 20 avril

* Travail:  attention à votre côté loose, jouez plus tight et méfiez vous de ne pas trop flamber
* Santé : trop de pression dans votre jeu, un tilt peut en cacher un autre
* Coeur : Le coeur a ses raisons que la raison ignore, faites attention à vos célèbres intuitions


TAUREAU 21 avril - 20 mai

* Travail: Votre BR s'est sacrément augmenté durant ce mois, bravo! vous êtes le meilleur!
* Santé: Tout vous réussi, attention aux grignotages cependant pendant les mtt, vos courbes n'apprécieront pas!
* Coeur: votre grand amour est en vacances sans vous ou distant? consolez-vous,le roi de coeur est votre allié.


GEMEAUX  21 mai - 21 juin

*Travail: le sng! travaillez encore et encore! grindez et vous serez enchanté
*Santé: évitez la bière lors des mtt, ça ne vous réussit pas et vous ratez des mains en vous soulageant
*Coeur: vous aimez les 72, ils vous le rendent mais ça ne vous réussit pas!


CANCER  22 juin -  21 juillet

*Travail: Méfiez-vous des petites paires perfides, ne vous surmenez pas en jouant trop souvent
*Santé: Attention le dos à force de jouer ou faites-vous masser par des mains expertes
* Coeur : Votre dame de coeur vous est fidèle, attention aux autres: elles sont traitresses, pas de full sentimental!


LION 22 juillet -23 août

*Travail: Soyons cash, vous êtes le roi c'est bien connu mais pas forcément du cash game!
*Santé: choisissez mieux vos lunettes de soleil en live, elles sont ringardes et vous bousillent les yeux
*Coeur: Allez jouer à Riga ou Marrakesh, beautés exotiques mais les belles paires sont au casino, sacripan!


VIERGE 24 août - 22 septembre

*Travail: le omaha vous réussit bien, n'hésitez pas mais seulement en pl
*Santé: pleine forme mais attention au pic d'adréaline et au all in primesautier quelque peu casse-gueule
* Coeur: ah les saligauds, le valet s'accoquine cet été avec le roi dans des brelans chattards, chaud devant


BALANCE 23 septembre - 22 octobre

*Travail:  Pour les es studs (j ai dû la chercher loin celle-là) choisissez Berkeley et non Végas!
*Santé: Mal à l'estomac? c'est dernier bad beat qui laisse des traces, Remettez vous y doucement.
* Coeur: Vous êtes rouge! c'est bien! alors votez mais dans votre jeu vos flushs ne le sont pas, faites gaffe!


SCORPION 22 octobre - 22 novembre

*Travail: un peu de nerf, être itm c'est bien mais vous pouvez mieux faire, vous devez gagnez!
* Santé : le cash game comme le squatch est trop brutal pour votre tension, preferez les mtt
*Coeur: Votre sensibilité est légendaire? arretez les ko faites du tricot!


SAGITAIRE 23 novembre - 22 décembre

*Travail: ah oui! le limit ca se gagne pas comme ça mais vous avez le rythme vous allez y arriver!
*Santé: le red bull ou caféine est votre allié lors des mtt? ok! mais méfiez-vous de ne pas tilter!
*Coeur: Arretez de draguer en ligne pendant vos parties, ça marche pas et vous vous déconcentrez


CAPRICORNE 23 décembre - 20 janvier

*Travail: magnifique temps pour jouer, n'hésitez pas à travailler votre revers, euh votre squeeze
*Santé : migraineux? vous avez trop lu ou regardé du Pokerloto... Arretez cela malheureux!
*Coeur: eh oui vous voilà affublé d'une valeur handicap méfiez vous des flirts de figures un peu trop osées!


VERSEAU 21 janvier -19 février

* Travail : Mauvaise période pour les sng, préférez jouer cash ou en live vous perdrez plus vite!
* Santé:  Bileux? soucis gastriques? ne faites pas de mtt
* Coeur: Une partie fine vous attends, choississez bien vos figures toutes les mains en sont pas bonnes à prendre



POISSONS 20 février - 20 mars
* Travail : Il est temps de songer à une augmentation..de buy in mais attention à la banqueroute
* Santé :  Protégez-vous des coups de soleil vous pouvez les prévenir mieux que vos bad beats
* Coeur : Attention! ne jouez que contre des joueurs ascendant lion sinon vous perdrez, gardez-vous de croiser la route des taureaux ils sont belliqueux en ce mois de juillet

23 juillet 2011

Morosité estivale


Je viens de comprendre une découverte scientifique qui fera jour dans les annales d'outrepoker, mon jeu est un baromètre parfait du temps extérieur parisien: maussade avec quelques éclairicies mais souvent grandes précipitations et la châleur estivale tarde à venir...que nenni les petits caracos et petits hauts affriolants, on se gèle et si j'étais un mâle quelque peu trivial, je dirais même on se les gèle...mais comme si je suis une innocente et délicate jeune fille, pleine de raffinement, je dirais juste : que ca fait chier putaing ce temps de merde de parigaud tête de veau, vivement mon sud ,con!
Et en plus je viens de rater 3 sng, même pas ma faute en plus...arghll m'en vais hiberner dans mon lit!

C'était le bulletin météo de Miss Busty, les horoscopes c'est pour demain!

15 juillet 2011

les joueurs de cartes


Connaissez vous ce magnifique tableau de Cezanne "les joueurs de carte" datant de 1890 que l'on peut admirer à Orsay. Dans les années 1890, Cezanne va s'interresser au thème des joueurs de cartes et va composer une série de 5 tableaux sur ce thèmes qui differeront par leur taille et leur complexité.

la toile présentée ci-dessus présente deux hommes jouant face à face. leur apparence et rang social semble différent, l'un appartenant à la petite bourgeoisie (celui qui fume une pipe blanche et a un étrange chapeau melon), l'autre concentré sur ces cartes semble plus proche de la paysannerie.

Ils sont réunis dans un café, autour d'une table où trône une bouteille.

Malgré une table de travers, une nape tordue et de longues jambes interminables, l'harmonie des ocres bruns et rouges enveloppe la scène mystérieuse d'une grande serenité... on ressent une certaine gravité dans la représentation de cette scène à la fois modeste et d'une beauté profonde

Presqu'un côté balzacien dans son descriptif et sa narration de l'être et la condition humaine... l'oeuvre est bien complexe qu elle ne le présuppose d'emblée puisque Cezanne a à la fois travaillé une certaine symétrie des personnages tout deux concentrés dans leur partie sans être rigide dans leur opposition convenue. Pour cela il décale un peu l'axe de la composition. Ainsi, le joueur de gauche est plus complètement dans l'image tandis que son adversaire, plus encombrant, est plus près à nous et et prend plus de la table. Sa tête pliée en avant semble révèler un plus intense concernement. Le premier homme est quant à lui le joueur plus habituel, détendu  mais sa longue forme colomnaire est contrastée avec le trait horizontal derrière lui.

Les deux chapeaux, un avec le bord arqué, ferme et porté, l'autre avec le bord tourné-vers le haut et irrégulier, doux et battu, accentuent aussi cette différence du sentiment :deux tonalités de méditation...  tight et loose? 

On peut relever aussi un jeu sur le rendu des bras: l'un commence très bas, ses membres sont détachés de la tête minuscule qui est attentive mais (il est éloigné du corps et est comme le chapeau sur la tête) l'autre non impatient semble d'avantage tendu en décidant.
Les  bras du premier sont parallèles.

Enfin, si une tête est en avant plan d'un paysage vague, la seconde elle est contre une architecture de verticales, plus rigide, serrant la forme qui mesure la inclination de son corps.

Dans cette opposition et jeu de contraste un des joueur est peint le visage ombragé  permettant de sous entendre  une certaine lutte intérieure alors que le deuxieème nous apparait comme plus ouvert, plus entièrement donné.

Enfin, si le premier a les cartes légères, éclatantes , le deuxième les tient dans l'obscurité. La nappe finit dans un angle droit stable à la gauche, sous une forme brusquement dirigée à la droite.
Ainsi la rigidité inhérente du thème de ce hu est  par ces nombreux jeux de contrastes de nuance , mettant à nu, leur différences sociales, d'état d'esprit et de jeu.


(cf blog de "tonton hubert")

05 juillet 2011

vaginus interrompus




Je suis une joueuse facile!
Désillusion peut être et relents acides d’une réfractaire aux étiquettes, aux moules, j’avoue en bonne misanthrope, je n’ai jamais aimé joué à ce jeu et n’ai jamais pu le priser chez les autres…la binarité m’ennuie.

Déjà petite il y avait la querelle …non hé, pas des anciens et des modernes, déconnons pas , suis pas aussi âgée salops mais de ceux qui aimaient Brassens et ceux Brel ou ceux qui aimaient les chiens et ceux qui prisaient les chats comme si il fallait choisir son monde, pour ne pas être normand comme nous stigmatise l’adage populaire…un peu comme dans cet univers infantile de Word of Warcraft ou en débutant on choisit si on fait partie de la horde ou des gentils et l’on ne peut alors déroger à cette règle…ados il y a ce monde avec ce fameux fossé qui débutent entre filles et garçons qui m’emmerdait prodigieusement.

lorsque j'ai commencé à sortir dans le monde parisien je l'ai ressenti avec le ghetto du marais et l'effet pervers de l'homophobie ordinaire...dans les bars et boites gays où tu es exclu si tu es hétéro, certains cafés si tu es un homme etc, une sorte de boomerang à la ségrégation habituelle.

je n'aime pas la discrimination même lorsque positive

Or je retrouve cette fameuse histoire de guerre des sexes et de ghetto avec le poker!

 Les tournois féminins m’affligent je l’avoue… dans cet univers si machiste, je ressens les joueuses féminines comme des mascottes, bien proprettes, avec une rébellion gentillette de bonne copine, mais restant à part... même bonnes joueuses, elles demeurent les pompom girls du poker, les divas (pour reprendre un terme du catch) qu'on félicite toujours avec un brin de condescendance pourvu qu'elles demeurent sexy, gentilles mais un peu coquines pour avoir pouvoir louer et transposer leurs cris de guerre et leur aria passioniata dans un autre univers fantasmé.

Comme je le disais, je n'aime pas trop les moules donc cela m'ennuie assez vite cette case toute faite spéciale fifilles et ces tournois de genre car je ne savais pas qu'il fallait un phallus pour pouvoir jouer et me semble t-il aucun tournoi n'a mis autant en exergue le côté mâle, à quand les tournois pour les nains, les gros ou mieux ceux à tee-shirt mouillé, de joueuses à bonnet E et + si affinités...

Je pense que nous tenons là une gamme chromatique d’une rare complexité… certes le nuancier a du mal à décoller des couleurs primaires mais haut les cœurs, viva la révolution !!!

Enfin bon en attendant vais aller me faire un ch’tit sng moi…y en a pas entre filles?

16 juin 2011

le point G d'une fish


Hier soir tandis que fatiguée par mon dur labeur, je voulais me détendre en jouant un petit sng à 6 sur pokerstar, je me suis retrouvée dans une table de potes, plus velus du cerveau les uns que les autres et s'autoflagornant. Fatiguée, je jouais plus tight que d'habitude et vint rapidement à m ennuyer...je n'avais point la tête à cela et décider alors de me faire sauter (de cette partie, évidemment) afin d'aller lire dans mon lit plutôt qu'à jouer ce petit sng à 3 euros longuet et sans saveur.

je décidais alors de reprendre mon jeu  plus large et rapidement tandis que vint ma main fétiche 22 qu'a commenté assez souvent  ce bon pokerloto, j'entrais dans un mauvais semi bluff qui me fit perdre bêtement un pot important au profit d'un de ces mâles qui se mirent à éructer moult plaisanteries à mon sujet, ressentant un plaisir évident dans la connivence de leur mépris... ce fut pire ensuite car je gagnais le pot et devenais chip leader de cette fort désagréable partie...là je sentais une réelle colère et ironie féroce, assez mesquine tandis que pleuvait les "tu sais pas jouer eh fish, apprends à jouer avant d'emmerder les autres" etc.
Une rage qui s'accentua et cru au fil du jeu et lorsque je perdis je sentis chez eux, une décharge orgasmique défoulatoire tandis que les mots d'autocongratulation et de hargne accompagnaient ma si désirée sortie de tablée.

Je dois avouer que les grands pros du poker à 3 euros qui se la pètent pour employer une triviale expression me font doucement rigoler. Or donc, j'ai remarqué ce trait assez caractéristique chez certains joueurs de poker où le 22 devient une sorte de point goldwin du jeu .

Il s'agit malgré tout d'un fait récurrent de ce jeu, une sorte d'amusant paradoxe où les pôles de bienséances sont inversés: vous jouez mal ou trop large, trop donk ou fish... Eh bien vous avez été absolument scandaleux et votre hôte de fait se légitime en vous insultant gracieusement  avec en prime une condescendance non feinte, pardon non bluffée...surtout si vous êtes une femme où se rajoute le syndrôme "femme au volant".

Eh bien Messieurs , je vous emmerde! et ma foi, je continuerai à jouer mal ou bien qu'importe mais continuerai à jouer .

GL all!


11 juin 2011

du poker, du sadisme et de sa rétention anale


Il y a quelques temps, j eus la chance de participer à une petite communauté de joueurs sympathiques qui organisaient un tournoi privé sur pokerstar assez régulièrement... Nous discutions tout en jouant de manière plus ou moins dissipé sur skype. Un des participants (je t'embrasse Maerch) avait tendance régulièrement à jouer avec des jetons et j entendais souvent en off son jeu anxiogène avec ses jetons de poker qui claquaient.

On ne parle pas assez dans ces blogs du rôle de cet outil qui n'est point anodin, j ai d'abord pensé qu'il servait souvent d'une sorte d'objet transitionnel au joueur dans sa catharsis du jeu et puis j'ai soudain que notre jeu inconscient avec nos jetons lors des parties est en fait une parfaite illustration dus stade anal cher à Freud.

Qu'est ce que le stade anal? eh bien grosso merdo il s'agit d'un concept psychanalitique freudien décrivant une étape de l'évolution humaine. Selon Freud, nous passons diverses étapes qui vont induire ensuite notre comportement psychique: le stade oral (0-18 mois), anal (18 mois -3 ans), phallique (3-7 ans) où se joue le fameux complexe d'Oedipe, une péridode de latence avant d'arriver lors de l'adoelscence au stade génital.

le stade anal est cette période d'opposition (non! non!) où l'enfant découvre le plaisir de la rétention anale  (anus devient une zone érogène) et de leur expulsion. En gros, il découvre allégrement les joies du sphincter ainsi que les angoisses qui peuvent en découler car la perte des excréments peut être assimiler à une perte de soi, d'une partie de son corps et cela peut alors générer une grosse angoisse.

En tant que joueur de poker nous jouons avec notre stack comme l'enfant son boudin fécal, le conservons religieusement, rétention et controlons dans le jeu son expulsion dans la pulsion de mort qu'est le sadisme anal et qui va consister méthodiquement chez le joueur à essayer de détruire son adversaire.

les jetons /stack peuvent donc apparaître comme une représentation métaphorique interressante de cet étron créant notre névrose obsessionnelle et servant de pont  dans ce jeu d'extériorité (allant vers l'autre) et d'intériorité que nous controlons plus ou moins durant la partie.

08 juin 2011

Stalker ou la bulle


En 1979, le cinéaste soviétique Andrei Tarkovski tournait Stalker, film extraordinaire d'après un roman de science fiction racontant  l'histoire d'un lieu , une zone interdite dont on ne connait pas la nature (zone irradiée par une explosion nucléaire, zone de non droit interdite et cernée par la police?).
 Deux individus, un professeur de physique et un écrivain vont faire appel à un stalker, c'est à dire un passeur, pour entrer dans cette zone car seul ce dernier connait les dangers et pièges de ce lieu prohibé. Ils veulent  y pénétrer afin d'atteindre dans le coeur de la zone  une chambre accordant tous les voeux...la traversée de la zone nous permet au fur et à mesure de découvrir les désirs et personnalité profonde de ces deux êtres.

En effet, la dite zone sert de lieu long et dangereux où on découvre à chaque cheminement le caractère et l'identité profonde des protagonistes, tel dans un tournoi de poker, ce long moment avant la bulle où à force de coups réussis ou ratés et de dangers évités nous révélons notre manière de jouer, donc notre personnalité...joueur tight, loose, etc.

Mon passage favori dans ce film génial ets certainement lorsque le stalker (le jeu de cartes) est allongé dans l'eau et vient ce chien sinistre, récurrent dans l'oeuvre de Tarkovski, une sorte de cerbère ou  surtout d'Anubis, le dieu à tête de chacal noir de l'ancienne Egypte accompagnant les defunts vers le royaume éternel et notamment  dans la chambre des Deux Vérités  (!) afin qu'ils subissent l'épreuve de la pesée de l'âme. C'est l'instant fatidique de la bulle.



Si le rapport entre l'apparition du chien chez Tarkovski et le Dieu Anubis parait assez directe et évidente. La comparaison avec le poker peut être un peu moins Pourtant ce moment clef ets celui de la bulle, lorsque nous décidons d'un ultime effort afin de nous propulser vers la salle de tous les voeux (la table finale) et là le juge Anubis procède à notre pesée d'âme de joeur , avons nous bien joué? etions-nous chanceux pour gagner le repos eternel ? (le tournoi), la chambre des désirs du film

Qu'importe! Tels l'écrivain, le scientifique et le  passeur (truqueur/bluffeur?), notre âme de joueur est mise à nu un temps dans ce périple graduellement jusqu'à notre entrée devant la chambre des désirs, notre but ultime afin de gagner la partie... dans notre lumière tamisée du soir rappelant peut être un brin l'extraordinaire lumière des pellicules Kodak de Tarkovski.

06 juin 2011

est-ce que la taille compte vraiment?


Il me semble que c'est une donnée essentielle et variable selon les goûts de chacun.  Personellement trop important je prends peur et suis trop paresseuse pour me lancer dans des jeux d'acrobatie et m'essouffle et perds rapidement ma motivation, surtout -vénale que je suis s'il n'y a pas beaucoup d'argent à la clef... quoi? comment? que dis je?  v'la autre chose, nom d'une pipe!

Bon j'arrête un temps ce fin humour gaulois, graveleux voir tendancieux qui ne convient guère à la frèle et innocente jeune fille que je suis pour aborder sans préliminaire, euh détour le sujet qui nous interresse: la taille des mtt.

Oui j'avoue que hier je faisais allégrement un petit tournoi de 64 personnes sur Pokerstar à 5 euros, et trouvais ce format fort agréable, en fait je me suis rendue compte que lorsqu'un tournoi dépasse 150 personness, s'il n'est pas en turbo, j'ai parfois tendance à m'ennuyer en bonne amateur que je suis (Pokerloto si tu me lis).

En fait je crois que j adore les tournois de ce format : entre 60 et 120 c'est à la fois court mais assez excitant car intense,  ensuite cela devient plus pesant surtout si jouer en rythmne normal et  que le va et vient des blinds est trop lent... le speed voir le turbo devient indispensable.
Peut être est-ce là les prémices de la vieillesse, le côté quadra mais jouer plus de 4h de suite, sans interruption est ereintant notamment quotidiennement...ou alors ok pour le mtt du samedi soir mais si et seulement si plein de sng et petits mtt pour ressentir quelques décharges salutaires d'adréaline...

02 juin 2011

Psalmodier les sutras du poker


Parfois lorsque je perds de manière récurrente au poker mes sit and go, j'ai le sentiment incessant de devoir tout reprendre à zéro et me demande comment j ai pu gagner plusieurs tournois et mtt certes peu impressionnants (maximum 150 personnes)  avant la tornade de l'arjel , bien campée dans mes us de partypoker.com.

Aujourd'hui, je ressens le poker comme la pratique de mon sanskrit: tout est à refaire!

Il fut un temps où je lisais et psalmodiais un peu le sanskrit après deux ans d'apprentissage laborieux et jusqu'à ce qu'une conclusion s'impose avec évidence: je n'étais pas prète de le lire couramment et le déchiffrais à grande peine, et surtout je devais apprendre et réapprendre cet alphabet et sa prononciation si difficile pour mon palais peu habitué aux voyelles monophtongues ou diphtongues ni aux consonnes syllabiques en spirantes latérales, roulées rétroflexes , à celles plosives aux points d'articulations respectifs vélaire, palatal, rétroflexe, dental, bilabial sourdes non aspirées ou alors fricatives aux points d'articulation palatal, rétroflexe, dental, glottal , sans parler des liquides aux points d'articulation palatal, rétroflexe, dental, labio-dental et surement peu à la fricative glottale sourde , rires (merci wikipédia)

bref je révisais et apprenais mon alphabet et travaillais sur des morceaux du pacantatra dont aujourd'hui déjà je n'ai que des vagues souvenirs.

En ce moment  hélas un parrallélisme s'impose car je dois bien avouer que mon niveau de poker correspond relativement à celui de mon sanskrit: ils avoisinent joyeusement malgré une bonne connaissance théorique générale, le zéro absolu dans leur pratique.

Tant d'énergie engagée pour si peu de résultats, parfois c'est totalement décourageant et puis je récoute le sutra du coeur où il est dit :

"(...) tous ces éléments ayant l’aspect du vide, ils n'apparaissent ni ne disparaissent, ils ne sont ni souillés ni purs, ils ne croissent ni ne décroissent. C’est ainsi que dans le vide, il n’y a pas de forme ni de sensation, de perception, de construction mentale et de conscience.

Il n’y a pas d'œil, d'oreille, de nez, de langue, de corps ni de mental. Il n’y a pas de forme, de son, d'odeur, de saveur, de tangible ni d'élément. Il n’y a pas de domaine du visuel et ainsi de suite il n'y a pas de domaine de la conscience mentale.


Il n’y a pas d'ignorance et non plus cessation de l’ignorance et ainsi de suite il n'y a pas de vieillesse ni de mort et non plus cessation de la vieillesse et de la mort. Il n’y a pas de souffrance, d'origine, d'extinction ni de chemin. Il n’y a pas de connaissance et pas plus d'obtention puisqu'il n'y a rien à obtenir.(...)"

C'est reposant, du coup mon esprit s'apaise, je me remets à jouer... et parfois aussi à psalmodier.


23 mai 2011

le stud: les dessous chic du poker



On ne parle pas assez de cette variante du poker, bien plus ancienne que le texas hold'em mais hélas exterminé et piétiné par l'arjel, ce jeu passionnat dont j'étais une grande amatrice a disparu.

Si le omaha a un côté ludique et primesautier, le stud ests ans aucun doute la variante la plus érotique du poker. Jouant sur le montré, le caché, le deviné, le laissé supposé il nous invite dans une danse des 7 voiles endiablée (ou 5 selon).

"les dessous chics c'est la pudeur des sentiments maquillés rouge sang" écrivait Gainsbourg...Belle métaphore pour le stud, jeu de trompe l'oeil où l'invisible acquiert une surprésence...

Personnellement je prisais le stud à 7 cartes plus que celui joué à 5 cartes et me delectais sur feu party poker.com d'un petit tournoi qui avait lieu tous les jours...

Le stud se joue de manière plus individualistes, car il n'y  a pas de pot commun donc ni flop ni turn ni river... à la place, chéri chéri, chacun des joueurs recevait au début de la partie deux cartes fermées et ...mmh...une découverte.

C'est alors celui qui a la carte découverte la plus faible de la table commence . Ensuite à chaque tour d'enchère ce sera le joueur avec le meilleur jeu visible qui commencera.

Vient ensuite 3 cartes découvertes supplémentaires distribuées une par une à chaque joueur. Elles détermineront, chacune un tour d'enchère de plus .

Enfin, car dans cette effelurage, la subtilité est de mise, se construisant tel le lacage d'un beau corset, là une quatrième et dernière carte est distribuée aux joueurs toujours en lice. Cette carte est fermée contrairement aux précédentes.

En tout, cela fait donc sept cartes : 3 fermées (2 au début, une à la fin) et 4 autres ouvertes.

Il y a donc un jeu d'habillage et de nudité, de montrer et cacher bien plus important que dans son avatar le Texas hold'em . J'avoue, j' aurais pu aussi faire une comparaison entre ces deux jeux et le rapport de Visnu et Krsna dans la religion hindhou mais cela aurait été un tantinet moins racoleur, rires.


15 mai 2011

petits meurtres entre bloggeurs


Dans le monde d'Houdini il y a deux sortes d'enfants, ceux qui assistent à un spectacle de magie, attendent qu'on leur raconte une histoire et savourent la fantaisie et puis il y a ceux qui observent un spectacle de prestidigitation et recherchent à comprendre quel est le truc...en grandissant certains garderont l'émerveillement du conte avec l'ironie de la connaisance (je sais que cela n'est pas vrai mais c'est une donnée annexe et arrive à intégrer le fait de chercher le truc dans le plaisir du spectacle) et ceux que cela agacera de plus en plus (jusqu'à quel point tout est faux, simulacre etc)

Dans le domaine sportif certains puristes detesteront le catch car pour eux le spectacle est truqué contrairement au sport noble de la boxe anglaise tandis que d'autres justement apprécieront cette violence simulée dans ce divertissement sportif et la mythologie moderne qu'il traduit, savourant ce théâtre populaire moraliste de caractères avec les gimmick (personnages qu'incarnent les catcheurs) composés des heel (méchants) trichant sans arrêt afin que la foule les conspuent et des face (gentils) qu'on encourage.

J'adore le catch.


J'adore car il représente un prisme permettant d'observer les codes d'une société et culture donnée.
Un peu comme le poker et ses bloggeurs, le poker permet dans ce jeu d'outlaw de révéler certaines conventions bien ancrées dans notre société et culture.

Il est amusant parfois de voir combien certains bloggeurs incarnent un rôle profond de justicier, un docteur justice ou d'inspecteur gadget...euh, sherlock holmes pour percer à jour les vilains heel refusant -les saligauds- de scander "la guerre c'est pas bien, la famine c'est terrible"... honte et anathème sur eux et  il ne reste alors que les damner à la gehenne.
Car je l'avoue ce qui me fascine dans l'actualité bloggeurs c'est à quel point la contrariété ou sentiment d'injustice est une catharsis formidable pour les "face" du poker.
Ainsi même dans ce jeu individualiste et sensé défier les conventions, il n'est pas bon de sortir trop du moule...juste un peu d'originalité rassurante est sympathique en revanche un comportement trop excentrique, étonnant ou caustique est à condamner...

Voilà pourquoi aussi j'ai toujours detesté les tex avery et: les titi et gros minet...ou  a fortiori les bugs bunny...parce que gros minet est un chat, il est donc dans sa nature de vouloir bouffer la piétaille... hélas, et c'est bien cruel pour ce pauvre félin non seulement l'oisillon se refuse à lui mais en plus il se gausse et le fait d'être le gentil et dans son statut de victime que son chantage affectif nous a mis en esprit, le bon et innocent Titi deploie un trésor de stratégie de fuite (ce qui peut se saisir) mais de punition plus sadiques et mesquines les unes que les autres...dans ce registre là le pire est son gentil copain bugs bunny ...Intouchables dans leur statut du juste, de la victime ils incarnaient pour moi enfant la Médée vengeresse de la mythologie grecque...

Ils rincarnent à mes yeux cette soif de sang de la foule lynchant l'assassin...rien de moins, rires (bon je suis du sud et ai une nette tendance à l'exagération je l'avoue) nous sommes finalement  toujours dans le registre de la culture puritaine américaine...et le catch ou tex avery racontent relativement la même chose... sauf qu'il est plus étonnant que des principes certes sympathiques, d'esprit d'équipe, de clarté, de justice soient les code d'honneur d'un jeu vénal, individualiste basé sur le rapport de force et la tromperie...qu'est le poker.

Dichotomie entre les narrateurs du jeu et le jeu
entre joueur et narrateur incarnant le joueur dans un blog?
Etonnant non?



Oops j'ai cru voir le the end de ce pamphlet

10 mai 2011

le limit et la danse du brise pied



Connaissez-vous cette danse folklorique provençale qui s'appelle "le brise pieds" ou parfois "la bourrée du célibataire"?

C'est une danse merveilleuse et trop méconnue que j'ai souvent dansé l'été dans les petits bal de mon païs, la lozère, le département que personne ne connait en France sauf pour ces gorges et confond régulièrement avec la corrèze rendue célèbre par un vague président de la république mais cela est une autre histoire...
bref, pourquoi le brise pied est extrement amusant (surtout avec 3g dans le sang de jaune) c'est que c'est une bourrée qui se danse en lignes, face à face mais seul (la bourrée normalement se danse à 4) et que cela commence très doucement puis les choses s'accèlere de plus en plus vite et ecla devient de plus en plus amusnat à tourner, taper du pied, des mains, virevolter etc etc

Bref j'adore cette danse qui me fait rire et que je trouve bien plus conviviale que d'autres même si tombée un peu en désuétude...il est vrai.

L'analogie avec le limit m'est alors apparu  tandis que je faisais une démonstration pleine de grâce à ma niècede 10 ans, quelquepeu terrorisée du charisme de sa tante dans son studio à virevolter joyeusement et taper avec energie sur le plancher du sol de mon studio priant pour que mon voisin sourd n'est pas depuis acheté un sonotone.

Avant, jadis lorsque nous pouvions ô délices des délices encore jouer du omaha hi/low et du stud, je me regalais d'un tournoi en pot limit le samedi sur Partypoker...et parfois encore je me plais bien à me faire un petit tournoi en limit, voire en étant un brin maso comme toutes les femmes un petit hu en limit micro mit, sorte du parcours du combattant surtout lorsque pas en turbo.

C'est chouette les tournois de Limit, on début, c'est longuet...ah ouais c'est long, mais long, et en même temps cela nous permets de prendre nos marques, de tester d'amusantes combinaisons sans trop de risques, d'apprendre nos pas....un, deux, trois, sur le côté, on tourne sur soi et frappe des mains...et hop on part de l'autre côté en essayant de pas trop tituber sur un bad beat, c'est bon ! on y est !et le rythme s'accèlere, un sorte de vent frais et éclats de rire alors nous secoue, à moins que se soi un relent du pastaga, les blinds deviennent plus fortes, les pots plus lourds, interressants à jouer, certains commencent à être éliminés, j'ai le tournis, zut ! suis allée dans le mauvais sens, hop on se reprend, s'aide du voisin et continue dans un rythme maintenant effrené, un boléro à l'accordéon, yeeeeees, je suis itm! allez, c'est du bon! ah merde... c'est fini, ils ont mis une gigue, suis trop bourrée et trop vieille pour danser cela...je sors de piste.

07 mai 2011

les stratégies fatales


Je reflechissais à la dimension onirique du jeu et à sa distinction avec la fiction. .. en fait ce qui est fascinant finalement c'est que nous autres amis bloggeurs de poker créont de la fiction dans un univers particulier qu'est le jeu, lui même sorte de miroir de la réalité, notre réalité  qui nous révèle bien mieux que celle codifiée que nous vivons au quotidien dans notre existence sociale...métaréalité donc agissant dans le jeu comme...

non je plaisante! il est bien trop tard pour que je rentre dans ce genre de cogitation oiseuse révélant sans doute un besoin urgent de dormir et tandis que je ferme un oeil tout en révassant à mon dernier sit and go, et aux derniers articles que j ai lu, me reviens cette  phrase de Baudrillard dans "cool memories" qui disait un truc du genre " la fiction? J y suis déjà. Mes personnages sont quelques hypothèses folles qui font subir à la réalité certains sévices, et que j'assassine à la fin lorsqu'elles ont fait leur oeuvre. Seule façon de traiter les idées: l'assassinat (on achève bien les concepts) - mais il faut que le crime soit parfait. Bien sûr, tout cela est imaginaire, toute ressemblance avec des êtres réels serait purement fortuite."

Ah ouais il pense bien Baudrillard, "c'est pas faux" comme dirait Perceval dans Kamelott,un autre grand sociologue et penseur...encore un billet qui va faire un bide, alors assassinons-le tout de suite... et le poker dans tout ça? eh bien, toujours fidèle au poste.

29 avril 2011

De l’art, de la couille et du Omaha!




De l’art, de la couille et du Omaha


Il est curieux de constater que le parallélisme évident entre le Omaha et la couille du chimpanzé n’a pas plus rapidement sauté à vos yeux, amis bloggeurs!

Pour les moins éveillés d’entre vous qui produiraient à cette déclaration quelques grognements que nos cousins poilus adopteraient volontiers, je vais développer un tantinet cette comparaison digne de La Palice.

En fait, comme de bien entendu, je parle de la dimension extrêmement volumineuse des testicules des chimpanzés en comparaison aux autres primates, tels le gorille, l' orang-outang et, en moindre mesure, l'homme.

En effet, d'après Jared Diamond, célèbre biologiste évolutionniste, physiologiste et génomiste américain,   dans son ouvrage « le troisième chimpanzé », le poids des testicules en moyenne chez l' homme serait - soyons précis - de 42.5g, ce qui correrspond à un poids légèrement supérieur à notre ami le gorille malgré  le poids lourd du corps de ce dernier avoisinant les 200 kilos.

 Le chimpanzé mâle lui , poids plume qui ne pèse que 45 kilos, possède des couilles, osons dire le mot, d’un poids total moyen de 113g…  alors une question brule toutes les lèvres: pourquoi ce dernier est –il donc aussi bien loti comparés aux autres primates?

La théorie de la taille des testicules est l'une des grandes réussites de l'anthropologie physique moderne.
En pesant le poids des testicules d’une trentaine de primates, les scientifiques ont pu identifier deux faits majeurs : ce sont les espèces qui copulent le plus qui ont les testicules les plus grosses ainsi que celles adeptes du libertinage…. Je n’entrerai pas dans les digressions, quid d’expliquer que la femelle gorille ne reprend son activité sexuelle que 3 ou 4 ans après avoir donné naissance à son petit et donc même si le gorille réussit à constituer un harem, il ne peut considérer la copulation que comme un plaisir fort rare, contrairement au chimpanzé qui lui coït allégrement quotidiennement voir même, mon salaud, plusieurs fois par jour pour le chimpanzé pygmée.

A cette grande découverte, certaines mauvaises langues me répliqueront: "oui, mais...Et le poker dans tout cela ?"

Eh bien, c'est simple, considérons le omaha comme le chimpanzé du poker car le fait d’avoir 2 cartes cachées de plus dans cette variante permet un jeu pré flop bien plus présent que le no Holdem… C'est le fameux libertinage préflop!
Les deux cartes permettent, en effet, à l'heureux joueur d’être un tantinet moins assujetti pré flop aux tribulations du tirage car les deux cartes supplémentaires permettent plus de combinaisons.

Du coup on peut évidemment penser au joueur no Holdem comme à un gorille ou orang-outang, ne soyons pas sectaire, coïtant/jouant de manière occasionnelle (le jeu étant un peu sa femelle) surtout si notre joueur primate est tight et ne bluffe pas tandis que les couilles conviviales et joyeuses du Omaha bien plus importantes du fait de ces deux cartes supplémentaires dans le réservoir lui permettent d’entrer bien plus souvent au moins de façon pré flop, au moins en micro limit.

C'est d'ailleurs pour cela que le omaha est si populaire, car le sentiment de ne pas avoir de jeu est en apparence moindre que dans le no holdem ou le stud... et qui, dans ces belles journées chaudes de printemps, n'a pas les hormones qui travaillent et une envie soudaine... de Omaha surtout hi/low; maisn hélas, la brigade des moeurs ... euh, du jeu, surveille et cette variante nous est interdit, n'exagérons pas les bonnes choses... et me voilà à soupirer, nostalgique de ces petits tournois que je prisais tant, tout en reprenant la lecture de mon livre.


29 mars 2011

Duel(s)


Il était nuit pour paraphraser la magnifique phrase d'ouverture d' Aloysius Bertrand dans son Gaspard de la nuit.
Nous avions donc dépassé le crépuscule et me retrouvais avec les idoles de la sphère des blogeurs pokériens lors d'un tournoi gracieusement proposé par Stefal.
Je m'avouais assez nerveuse et consciente de partir avec un double handicap, fatiguée d'une rude journée et consciente de ne pas être au même niveau que la plupart des joueurs.
Je me devais donc de ruser et essayais de destabiliser un brin mes adversaires...ils me savaient pas très douée et mon trac du début favorisait ces signaux que j'adressais joyeusement à ma tablée.
Rester donc à attendre et tel un croquis mal débuté le caricaturer afin de ses défauts en faire des qualités.
Facile à dire, j'utilisais ma paranoia comme arme de stratégie et commençais à faire n'importe quoi avec mes mises...je slow payer, limper, slow payer au rythmne du tango que j'écoutais distraitement.
Rapport de force gagné avec joueur meilleur, trop poli pour m'insulter mais assez dégouté...ouf! tout allait bien j'étais bien, en force et puis...et puis les choses se gatèrent quelque peu...ma merveilleuse mécanique de joueuse sousestimée devint hélas réalité ,la réalitééé comme disait le grand philosphe jean Louis Aubert, tandis que des réminiscences du traité du desespoir de kierkegaard remontait par mon nez telle une moutarde trop piquante... tout cela à cause d'un vilain brelan de 7 que j avais avec ma joyeuse inconsistance trop payé...et ironiquement je retrouvais la sortie directe et brutale avec un hideux brelan de 8.
Fin du tournoi, ai mal joué, pas de valeur handicap qui me sauve (Pokerloto devra réviser ses calculs) mais me suis bien amusée avec des joueurs ma foi fort civils pour ne pas dire très sympathiques... n'était-ce pas là après tout l'essentiel.

 THAT'S ALL FOLKS