23 avril 2012

J'Accuse!!! Mme zaranova a menti M. le commissaire...


Mais, mais monsieur le commissaire, je ne comprends absolument pas pourquoi vous me convoquez?
Au sujet d'une agression caractérisée sur monsieur Raoul le Porc?
Non, non... voyons, ça ne s'est pas du tout passé ainsi,  je me promenais samedi soir un peu esseulée et dans mes pensées...  je réfléchissais à Plotin, monsieur le commissaire, oui Plotin et son traité du beau lorsque je vis de la lumière et qu'un charmant jeune homme m'interpella pour m'inviter dans leur cercle... j'étais très émoustillée et excitée car j'aime beaucoup les cercles de discussion, oui monsieur le commissaire un peu comme celui du cercle des poètes disparus, mais aussi les salons libertins ...euh littéraires du 18e siècle où les langues se délient.


Je montais donc et fus accueillie par monsieur Rince-Jeremy, un esthète d'une rare austérité, oui tout à fait, son côté calviniste si je puis me permettre monsieur le commissiare.
Bref, l'ambiance était fort sympathique et primesautière et nous étions assez nombreux, du coup mon sang s'est un peu échauffé monsieur le commissaire tandis que  nous parlions de religion avec monsieur Rivercamemore et de missionnaires, lorsqu'il me proposa galamment de m'aider à degraffer un brin mon corsage -oh point trop s'en faut monsieur le commissaire - juste pour que je puisse un peu mieux être à mon aise et respirer.


 C'est alors que je vis cette étrange et fort sémillante dame, madame Zaranova, qui semblait un brin hagarde et m'observait fixement après avoir mangé quelques gateaux que j'avais ramené de mon voyage culturel en Hollande...oh trois fois rien monsieur le commissaire, mais j'étais à une rétrospective qui avait lieu au musée Van Gogh et avais ramené quelques champignons séchés pour mon régime et des petits biscuits (je suis assez gourmande voyez vous)...comme je n'avais ni vin ni fleurs, ai offert cela en contribution à la soirée...bref, cette dame surement allergique au sésame semblait prête à entrer en crise d'épilepsie et ai même eu un peu peur , monsieur le commissaire, j'ai cru à une possession , quelqu'un l'aurait il incubbé ou était ce blacksuccube...un pervers démoniaque, oh Jésus Marie François Joseph...
j'eus peur monsieur le commissaire et recula de trois pas, je ne vis pas cette pauvre et sympathique animal, nommé Raoul


-ah je vous ai dit que préalablement que Raoul etait un homme, non monsieur le commissaire, euh...non c'est un sanglier.



 Oui, c'est très affectueux ces bêtes là vous savez et très attentif mais il se faisait flatté par son compagnon, Ed8powers...euh son maître...enfin bref la brave bête ne m'a pas vu arrivé et je lui ai coincé le groin dans mon buste ...oh rien de grave, il était juste un peu étouffé mais à ce moment là je ne sais pas, j'étais un peu embarrassée et étourdie de cette pesanteur terretre et je chus alors sur cet animal ...pauvre Raoul, c'était pourtant la star de la soirée, notre Diogène, et il était là , un peu aplati...


j'avais essayé telle une amozone de l'enjamber  mais c'est vrai que je fus maladroite et cela jeta même un léger froid assez embarrassant, oui  il semblait juste un peu rougeaud, j'ai voulu defaire sa cravatte noire de notaire dont il était affublé pour le laisser souffler mais....oh monsieur le commissiare c'est horrible...non!
Oh non il n'a rien dit monsieur le commissaire , mais on a entendu ce cri horrible et strident de cette dame, qui paraissait pourtant si bien si comme il faut, mais elle s'est mise a rire telle une démente et à hurler "tout dans le groin mon saligaud", oh c'était terriblement génant...Raoul boudait, ne disait plus rien, et j'avais beau  m'excuser de mon léger faux pas sans pour autant qu'il ne daigna me répondre.


 La partou...euh la soirée était terminée, et nous avons amené tout de suite le noble animal se faire soigner le groin comme il se devait...
 Oui, Monsieur le commissaire, Mme zaronova est  partie à ce moment là, nous étions tellement occupés à soigner le cochon que nous ne la vîmes pas disparaître...
Oh oui, surement une indigestion monsieur le commissaire, vous savez on rencontre parfois des gens bizarre mais il faut être ouverte à tout...je comprends monsieur le commissaire, oh a beau porter bien un uniforme on est un homme sensible..  avec ce métier vous avez du voir de ces cas et...mettre les menottes...oh oui monsieur le commissaire, hihi, je veux bien els voir, je n'ai pas l'habitude, même si je vous avoue qu'avec ma vie monacale, j'ai plus l habitude le soir de me flagellée avec des verges pour me purifier .... vous êtes bon monsieur le commissaire, prenez soin de vos ouailles, oh ouii tel Saint François et les petits oiseaux...



10 commentaires:

  1. J'ai croisé le couple samedi à Clichy: je te rassure Raoul frétillait du groin et son amant rivalisait d'attentions touchantes...mais quel beau couple...ça fait rêver... :)

    RépondreSupprimer
  2. - merci Nantais
    - oui Rincevent il fallait rétablir la vérité de ce scandaleux article
    - Mama, je n'en doute pas et me voilà rassurée pour Raoul...il a le groin exquis cela eût été dommage qu'il resta quelques sequelles de cette mésaventure

    RépondreSupprimer
  3. Tout ça n'est que calomnie Mr l'Commissaire!! Si Raoul était encore en état il plaiderait ma cause! Je n'ai strictement rien à voir avec ses dépravés!..Enfin, sauf Busty si lui reste quelques champis...^^

    RépondreSupprimer
  4. Ηi therе, I enjoу reading аll
    of your aгticle. ӏ ωanteԁ tο
    write a lіttle comment tо suppοгt уou.


    Аlso νisit my webpagе: Personal website http://omakustanne.com

    RépondreSupprimer