07 avril 2012

Vol au-dessus d'un nid de poker




Cher Docteur Freud,

Comme nous nous en doutions après moult études anthropologiques et psychologiques sur le poker, ses joueurs et leurs écrits, nous pouvons aujourd'hui affirmer qu'une certaine récurrence se fait jour dans leurs névroses et psychoses.

Le joueur lambda, se présente sous le jour d'un Don Quichotte vénal, tout autant attiré par sa volonté de repousser son ennui existentiel que par l'appât du gain.

 La réalité étant souvent trop dure , il s'enfuit et se condamne dans un monde d'illusion aux paillettes made in Las Vegas et aux codes machistes finalement assez conformistes malgré leur apparente immoralité. 
A noter que la tricherie y est bien vue du moment que non dévoilée mais sous-jacente et sans bluff fourvoyé; rater son bluff revient à peu près à éternuer par inadvertance sur le visage d'une personne avant d'avoir pu atteindre votre kleenex salvateur (non blacksuccube, je sais que Pascal à comparé dans les Pensées l'acte d'amour à un éternuement mais n'insiste pas, c'est inapproprié ici!)


 

Les complexes d'infériorité/supériorité sont tout aussi courant que l'évolution de votre stack lors des mtt, certains cas cliniques comme Pokerloto ont en revanche une courbe toujours croissante dans leur sentiment de supériorité (malgré leur valeur handicap) qui alimente tel un rebuy de manière incessante dans un add on déjanté leur mythomanie.

La paranoïa est assez fréquente à tous ces malades avec des pics anxiogènes lors des moments de blinds et de vols de blinds..."il a parié trois fois, ça fait deux fois qu'il tente de me piquer ma blind ce salaud, comme si je l'avais pas remarqué, mais je vais lui mettre un all in qui va lui montrer qui est le maitre...ah! merde! il a AA et moi 10 3, je sens que je vais exploseeeer"

A ce moment là l'hystérie se fait omniprésente avec tétanisation des membres tandis que des petits cris et insultes sont expulsés de notre gosier (à ne pas confondre avec le syndrome de la Tourette).

Oh docteur Freud, Sigmund (je puis vous appeler par votre petit nom?n'est-ce pas Sigmund?), vous vous régaleriez à regarder ces patients, bipolaires, maniaco-dépressifs , ils sont mignons tout pleins dans leur autisme à compter et recompter leurs jetons de manière compulsive, à feuler tes de vraies nymphos du jeton (à propos c'est à vous cette jolie barbichette?ô Sigmund, voyons!) et touchants dans leur neurasthénie de joueurs ayant tout perdu dans un all in suicidaire.

Vous trouverez mon rapport sur bustydoll et sa faille narcissique, Stefal le célèbre homme qui prenait sa femme pour un chapeau,  la schizophrénie des rois de KKof, l'érotomanie de Rincevent et bien d'autres encore.

Dans ce labyrinthe de Pan où l'aspect dionysiaque du jeu, l'éros fait souvent place aux pulsions de morts/Thanatos dansons le omaha voulez-vous, la quadrille, ou bien une valse du stud pour ensuite grinder quelques sit and go de no holdem avant que les gentilles dames en blanc vêtu viennent avec leurs psychotropes offerts gracieusement par le Docteur Fred 8 pour nous endormir.

Mais où est Napoléon au fait?

Bien à Vous,

Busty Doll-To

3 commentaires:

  1. marrant que cervantes soit présent sur ton blog. C'est le theme central de mon billet de jour. Les grands esprits se rencontrent...

    RépondreSupprimer
  2. Oui C'est amusant, en plus ai failli faire mon article sur Don quichotte et puis me suis dit, bah restons sur le thème eds psychoses on verra après ^^

    RépondreSupprimer